© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon

J'ai 33 ans. Diplômée de la Sorbonne et spécialiste de la philosophie du langage, je suis une lectrice, une collectionneuse de mots, une dévoreuse de pages. Auteur du livre Kant tu ne sais plus quoi faire, il reste la philo, édité chez Flammarion et traduit en plusieurs langues, je suis aussi Directrice d'école à Paris et Marseille. Mais surtout, je suis professeur. 

J'ai longtemps cherché ma place. J'ai enseigné. Souvent et presque partout. Dans un appartement. Dans une classe. Dans un amphithéâtre. Et puis, un jour, par hasard, en vertu de ces rendez-vous que livrent la vie, j'ai rencontré Sylvie d'Esclaibes qui m'a offert le luxe de venir travailler dans son établissement, paradis de la pédagogie Montessori. Alors j'ai compris. Et l'évidence fut mienne. 

Mes élèves sont mes plus beaux partenaires. Ce sont eux, dans leurs dépassements, qui me donnent confiance en moi. Mes élèves m'écoutent autant que je les regarde. En vertu de cette position singulière, le socle de ma pratique est la responsabilité. Ce que je suis, ce que je fais et ce que je dis, à une influence que je me dois d'accepter et de comprendre. 

Etre professeur, c'est marquer le présent de ses élèves et laisser une trace dans leur souvenir. Un encouragement, un regard d’exigence, une proposition, vont modifier leur trajectoire, parfois de manière infime, d’autre fois d’une façon plus profonde. Alors plus encore que des modèles, nous nous devons d’être des référents, des êtres solides, riches, et denses qui leur donnent envie de grandir et de regarder l’avenir.

 

Bien sûr, nous rencontrons parfois des refus, des complexités, des divergences, des insolences. Mais c’est aussi parce que l’élève est une autre personne que nous-même qu’il est passionnant. Il est une énigme qui nous permet de nous renouveler, de nous interroger, de nous remettre en question, et au bout du compte, d’apprendre nous aussi. Parce que le rôle de l’enfant est de vivre sa propre vie et non celle qu’envisagent ses parents anxieux, ni celle que nous percevons comme la meilleure. L’élève doit être considéré dans toute sa  singularité. Et nous nous devons de lui soumettre des hypothèses, qu’il choisira d’explorer ou non. Notre bienveillance, nos compétences et notre dévouement sont au service d’une réussite collective : celle d’un professeur qui a transmis tous les outils dont il dispose et celle d’un élève qui peut regarder sereinement l’horizon.

 

Je remercie mes professeurs qui ont fait de moi une élève et mes élèves qui font de moi une professeur. 

Dans mes ateliers, c'est cet état d'esprit que j'ai envie de partager. Dire aux enfants et aux adolescents que le monde est complexe mais qu'il est saisir, que le savoir est un luxe qui agrandit les pièces, qu'il faut le malmener, le désacraliser, le transformer, mais avant tout le connaitre. Dans la joie, l'humour et l'amour.